discussion « Khalil Gibran », la vie de l’auteur du « Prophète »


« Khalil Gibran », La vie de l’auteur du « Prophète », Editions Adonis, collection Romans de toujours/ Distribution Glénat, 2008la-vie-de-l-auteur-khalil-gibran-commpagne-de-l-enregisrement-du-livre-le-prophete-en-mp3-pierre-makyo-cd-mp3-livre-

La collection est tout un concept et fait dans la BD « utile » et « intelligente », trop vous dirait ma fille ! Chaque BD est accompagnée d’un CD contenant le texte intégral en PDF (ici la version numérique du « Prophète » ) et une version en livre-audio. Ici « Le prophète » est lu / interpréta par Salah Stétié. Il s’agit en outre d’une BD VERTE (papier recyclé) et d’une BD SOLIDAIRE, réalisée en collaboration avec les programmes éducatifs dans les pays à faible revenu de l’OIF (Organisation Internationale de la Francophilie) et de l’UNESCO. Vous trouverez, dans la même collection, un certain nombre de grands textes (Les contes des mille et une nuits/ Don Quichotte/ Guerre et paix/ Le rouge et le noir/ Germinal/ L’Odyssée….).

L’adaptation et le scénario sont de Makyo, les dessins et les couleurs de Laval N-G. Vous trouverez également un dossier préparé par Alexandre Najjar.
Nous découvrons Gibran à Boston en 1918 alors qu’il s’apprête à rédiger ses mémoires. L’écrivain est à sa table devant une feuille blanche et un portrait. Ses songes le plonge dans le passé, aux côtés de sa mère notamment, lorsqu’il envisageait la rédaction du « Prophète ». Il pensait alors intituler son œuvre « Pour que l’univers soit bon ». Tout un programme !!!! Sa mère, un personnage très sensé et très attachant, l’écoute et semble douée de voyance. Elle a une confiance absolue en son fils et croit fermement à l’écriture d’un tel ouvrage. Elle lui conseille simplement de patienter encore et d’aller davantage à la rencontre de l’Autre. Beau conseil, je trouve !
Ses songes le conduisent plus loin encore, au temps de la jeunesse et de l’enfance. On découvre Khalil vibrant au contact de la nature, des intempéries…Une enfance délicate entre une mère aimante et bienveillante et un père inconséquent, alcoolique et violent. Sa mère l’initie au Beau et au Bon (arts et prière), son père aux gifles. Gibran est chrétien maronite. C’est un de ces enfants à part, tout entier habité par une vocation qu’ils ignorent encore. Lorsqu’il n’a plus de papier, le petit Gibran écrit sur les murs. Mais la vie de famille bascule (positivement à mon sens) lorsque le père, collecteur des impôts, est arrêté pour détournement de fonds. La mère veut fuir le village et l’opprobre. Vient donc le temps des adieux au Liban, à Bécharré. Un déchirement ! Puis le débarquement à New-York et l’installation à Boston. C’est une autre vie, avec ses peines mais aussi ses étapes fondatrices : l’école, les cours de dessin, les rencontres comme celle du photographe Fred Holland Day qui deviendra son mentor….Des voyages, Gibran en fera un certain nombre. « C’est une âme bondissante, badine et révoltée à la fois », si bien que sa mère, soucieuse de ses fréquentations, le renvoie un temps au Liban. Mais il découvrira aussi Paris, les écoles d’arts. J’ignorais cette dimension de Gibran, j’en étais restée à l’écrivain. Laval N.G insère dans son dessin des reproductions de certaines œuvres picturales de Gibran qui donnent un aperçu très sympathique de sa production.
Khalil bouge donc beaucoup, découvre, rencontre sans jamais cesser de penser à son grand œuvre : « Ce livre occupe toute ma vie. Je travaille chaque phrase, chaque mot, pour qu’il soit à la fois empli de simplicité et d’autorité », c’est « le plus grand pari de ma vie ».
Le tout donne une BD assez académique, mais c’est je pense le parti-pris de la collection. Le dessin est intéressant, séduisant sans être pour autant original. Rien à redire au scénario. Le ton pourrait sembler un tantinet sérieux, mais on est dans « l’éducatif ». Cela reste un bon moyen de parfaire sa culture générale.

Pour info
« Le prophète » parut en 1923 a été vendu à plus de 9 millions d’exemplaires et traduit dans une quarantaine de langues. Dans son testament, Gibran a légué les droits d’auteur de ce livre au village de Bécharré. L’auteur y met en scène le prophète Al Moustapha. Avant son départ pour « la terre de remembrance » il répond aux nombreuses questions des citoyens et ses réponses constituent son testament spirituel. L’ouvrage tient alors du texte sacré, intégrant au récit allégories, versets et paraboles. Il s’agit pour Gibran d’insuffler un souffle de vie au lecteur et de l’inviter à son plein épanouissement. Pour ce faire il livre un message universel fondé sur une approche syncrétique des sagesses das différentes religions. On pourrait parler d’un certain œcuménisme.
Son œuvre est fort variée : essais, recueils de nouvelles, un roman avec « Les ailes brisées », des recueils de chroniques (comportant de nombreuses réflexions sur la condition humaine), un dialogue socratique, mes aussi des pièces de théâtre (« L’Aveugle » et « Lazare et sa bien-aimée »).
Il s’est beaucoup engagé pour la condition féminine, la liberté (s’opposant à toutes les tyrannies). Sa lutte politique contre l’occupation ottomane en Afrique du Nord fut constante. « La vie sans révolte est comme les saisons sans printemps.
Pour Amin Maalouf, Gibran est « un véritable trait d’union entre Orient et Occident ».

6 commentaires

  1. C’est intéressant, merci! J’ai feuilleté d’autres ouvrages dans la même collection, je ne sais pas vraiment si c’est exploitable en classe: tu as tenté?
    Bises.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s