« Rimbaud l’indésirable » de Xavier Coste, Casterman, 2013


« Rimbaud l’indésirable », Xavier Coste, Casterman 2013 L.10EBBN001932.N001_RIMBAUDin_C_FR « Ce jeune poète n’a brillé qu’un moment. Il était dans sa destinée de disparaitre à vingt ans. » Anatole France Cette BD, entièrement consacrée à l’existence de Rimbaud se lit comme un biopic. L’album s’organise en deux temps à l’aune de la vie du poète, puisque le jeune rêveur génial qui croyait en la poésie et en en son talent cède la place à l’aventurier. Après Charleville, Paris, Bruxelles et Londres, viennent Bardey, Labatut, Ménélik, Alexandrie, Chypre, Aden, Harar…terre de désolation. Rimbaud n’est plus que ce « frangui » qui espère encore conquérir le monde et faire fortune.

Le récit s’ouvre en mode assez gore sur la nécessaire amputation du poète, un sombre jour de mai 1891, à l’hôpital de Conception de Marseille. Sous l’effet des gaz anesthésiants, le malade plonge dans ses souvenirs et la seconde planche entame une analepse. Nous découvrons le jeune Arthur en route pour Paris en 1870. Il est alors si plein d’audace que son voyage s’achève à la prison de Mazas. Il a déjà conscience de son génie, au grand désespoir de sa mère, Vitalie, à laquelle il rappelle son « salaud de père ». Où qu’il soit, il se sent finalement emprisonné. Du haut de ses 16 ans, il a un avis sur tout et peu de scrupules. Son ton se fait de plus en plus irrévérencieux, son désir d’une écriture flamboyante et iconoclaste aussi. Mettre le feu, dérégler les sens, « tout brûler », détruire l’ordre…même Le Louvre et « ses croutes », qui gâchent la vue.

« Mon destin je dois le construire! »

C’est le temps de Rimbe et Verlaine, le roulis du « Bateau ivre ». Le scénario inclut des textes, comme « Le sonnet du trou du cul », et des lettres. L’insolence de Rimbaud, son sens inné de la provocation, son côté potache parfois désespéré, quelquefois désespérant, traversent superbement l’album. Son iconoclastie est aussi au rendez vous et Xavier Coste nous plonge aisément dans cette ambiance fin de siècle où les artistes pullulent tout autant que les préjugés. La question des amours homosexuels et des nombreuses condamnations qui l’entourent tient toute sa place aussi. Sur un rythme trépidant, l’auteur nous narre les espoirs, les déceptions, le temps de la fuite, des tiraillements, des disputes, de l’ennui aussi et des grandes ruptures. Celle avec Verlaine d’abord, puis l’abandon de la poésie. L’homme aux semelles de vent qui s’est rêvé libre renie le pouvoir des mots et s’essaie à celui de l’action.

Le scénario, exaltant et bien documenté, tient toutes ses promesses. Le dessin aussi. L’aquarelle domine et rend hommage au sujet. L’exploitation de l’échelle des plans est intelligente, et le sens du détail de Coste est indéniable. J’aime la sensibilité de son trait. Le seul bémol reste souvent le choix des couleurs, souvent ternes, peu appropriées. Je ne suis pas particulièrement fan de la qualité du papier non plus même si elle contribue à cette plongée dans le passé… Coste2 la-bd-de-la-semaine

Cette semaine, la BD c’est chez  Stéphie, je vous invite à lui rendre une petite visite pour découvrir les autres liens.

22 commentaires

  1. Je suis une grande amoureuse de Rimbaud et ton article me rappelle que cette BD m’attend sur ma PAL… Il serait grand temps de la mettre sur le haut de la pile.

    J'aime

  2. J’ai beaucoup bossé sur Rimbaud pour l’agrège et beaucoup lu à son sujet . C’est un auteur dont je suis fan aussi, et j’ai vraiment retrouvé l’esprit de Rimbaud et de l’époque dans cet album. Tu ne devrais pas être déçue. Sauf pour les couleurs peut-être….

    J'aime

  3. Je fais un peu la fine bouche sur cet album. Je note la pertinence du propose mais je suis mesurée sur l’accueil que je pourrais réserver quant au graphisme. J’irais regarder mais je ne suis pas certaine d’embarquer pour la lecture 😉

    J'aime

  4. J’avais croisé l’auteur à St Malo, incroyable comme il est jeune ! Je trouve culotté de s’emparer d’un tel mythe que Rimbaud mais pour le coup, ça a l’air d’être une réussite !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s