discussion « Momo, petit prince des bleuets», Yael Hassan, Syros, 2003


Je reprends le chemin du blog avec un récit jeunesse tout tendre qui se lit comme un apologue. Le jeune Momo habite la cité des Bleuets, un lieu de béton où l’on cherche en vain la moindre pâquerette et où il s’ennuie ferme. Sa vie n’est pas rose, surtout l’été, lorsqu’il ne sait pas où trainer ses pas. Issu d’une famille d’immigrés, il partage un espace trop exigu avec ses nombreux frères et sœurs et peine à trouver sa place.
C’est sur une butte, aux confins qu’il se réfugie et laisse aller ses songes. Il s’imagine alors sur son ile déserte, une ile peuplée de bleuets. Il songe aussi à son entrée au collège, à son goût presqu’inavouable pour l’école.
Il n’imagine pas encore quelles découvertes va occasionner la visite surprise à sa mère de la directrice de l’école primaire, soucieuse de son avenir…
Le récit nous conte alors le bonheur de la lecture et une magnifique rencontre avec un enseignant à la retraite.

Yael Hassan signe ici un roman optimiste empreint d’une jolie humanité. C’est l’un de ces récits où l’on comprend qu’il est quelquefois permis de repousser les limites du possible.

4 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s