discussion « Médée, T 3, L’épouse barbare » de Nancy Nena et Blandine Le Callet, Casterman 2016


medee1

 

Poursuivons l’adaptation BD du mythe de Médée avec ce troisième opus qui retrace son passage à l’état de femme et la fin de son innocence.Vieillissante et solitaire, elle s’applique toujours à rétablir la vérité et à restaurer son image.

Elle se souvient alors de sa fuite avec Jason et les Argonautes une fois la Toison d’or dérobée. L’aide qu’elle leur a apportée dans le second volet la contraint à quitter sa terre natale et à le suivre dans ses aventures et mésaventures. Il ne lui en coûte pas vraiment vu les sentiments qu’elle nourrit pour le jeune homme, mais elle était loin d’imaginer ce qui l’attendait.

« Aujourd’hui on se souvient de l’expédition des Argonautes comme d’un fabuleux voyage » mais on « raconte tant de choses qui ne sont pas vraies », « la vérité est bien moins reluisante ».

Sous la plume de Blandine Le Callet notre Médée réécrit le mythe et nous conte plus une odyssée qu’une épopée. L’errance est semée d’embûches et l’enfer pavé de mauvaises intentions. Il faut d’abord conjuguer avec les Colches armés jusqu’aux dents et peu amènes, les courants marins et les tempêtes, mais il faut aussi déjouer les médisances et les méfiances, ainsi que les promesses politiques non tenues. Aux yeux de tous, Médée reste une jeune barbare aux allures de sorcière dont il conviendrait de se débarrasser.

Malgré cela, la jeune femme cultive sa différence et la revendique. Loin de baisser les yeux comme une femme grecque et d’accepter de rester cloitrée à l’abri des regards, elle affirme sa liberté et sa science, et se montre d’une témérité à toute épreuve, sans jamais craindre l’hybris.

C’est aussi une force de caractère, une épouse aimante, passionée et entière mais jamais totalement aveuglée par ses sentiments. Elle rejette toute soumission mais se montre aussi prête à tout pour aider au triomphe de son époux, n’hésitant pas pour ce faire à se rendre en cuisine et à concocter quelque étrange recette.

Le dynamisme du scénario est soutenu par le jeu des couleurs et des mouvements. Les dialogues sont vifs et le personnage de Médée gagne terriblement en épaisseur. Le graphisme, toujours superbe, s’appuie sur une variation intelligente et fort esthétique des échelles de plan. J’ai particulièrement apprécié l’inventivité de ce bracelet-serpent qui sied si bien à cette étrange héroïne.

medee2

Lecture effectuée dans le cadre la-bd-de-la-semaine

,                                    hébergée cette semaine chez Stéphie, du blog Mille et une frasques

19 commentaires

    • Pas de souci, cela ne s’explique pas toujours. J’ai la même réaction avec certains univers aussi. Toutefois, c’est un traitement à la fois alerte et moderne qui ne dénature pas pour autant le fond.

      Aimé par 1 personne

  1. Une série que j’ai commencée et que je n’ai pas suivie. Il faudrait, je crois. J’avais bien aimé ce personnage de Médée, très charismatique. Pour autant, ce n’est pas sur ce genre de récit que j’apprécie le plus le travail de Nancy Peña

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s