« Le livre qui fait aimer les livres même à ceux qui n’aiment pas lire » Nathan, 2011


Aimerleslivres

Le titre de cet ouvrage de Françoize Boucher s’annonçait prometteur, même si le jeu orthographique de la couverture, « pour les zenfants et les zadultes », opérait comme une alerte. Il faudrait cesser de penser qu’intéresser les plus jeunes passe nécessairement par ce genre de pitreries et autres niaiseries, sous prétexte d’humour décalé.
Comme le laisse supposer la couverture, le propos est illustré de dessins. Le graphisme enfantin cherche à créer un parfum d’enfance et une complicité avec le lectorat jeune. Même s’il n’échappe pas toujours au mauvais goût, il apporte une touche de fantaisie parfois charmante, et c’est à mon sens le seul véritable attrait du livre.

aimerlivres2

Le propos en revanche est rapidement très agaçant (et c’est un euphémisme !). L’avertissement de l’auteure est particulièrement lucide d’ailleurs, il s’agit bien de noyer quelques grandes vérités sur les pouvoirs magiques du livre dans un océan de bêtise. L’humour n’excuse pas tout, surtout s’il n’est pas drôle.
Si le livre permet de voyager dans le temps et l’espace, de développer le vocabulaire, l’imagination et l’expression, de grandir, de lutter contre l’ennui, de vivre des expériences par procuration, on doute davantage de son utilité comme cache-sexe. Il n’est guère raisonnable non plus de lire à vélo. Je ne m’attarderai pas sur la relation de cause à effet établie entre la lecture et le développement d’une poitrine volumineuse.
On rencontre bien quelques arguments intéressants, mais l’auteure semble presque s’en excuser, en les dynamitant de l’intérieur et en assimilant finalement la lecture à une pédanterie ridicule.
Exemple à l’appui : la lecture développe le vocabulaire et la conversation, vous ne direz plus « Passe-moi le sel » mais « Aurais-tu, MON AMOUR, l’immense délicatesse (si ce n’est point abuser) de me tendre gentiment le chlorure de sodium afin que j’en assaisonnasse mes pommes frites. Merci d’avance. »
L’album s’achève sur des conseils de lecture, et sur la longue liste de ses propres titres, autant dire que je vais passer mon chemin.

2 commentaires

  1. Pour commencer, je n’aime pas les visuels – mais alors pas du tout. Si cela peut parfois cacher une très bonne histoire, ce n’est visiblement pas le cas ici : je ne trouve pas ça drôle, bien que je comprenne l’intention.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s