« Les passagers du vent » T 2 Le ponton, Bourgeon, Casterman, 1994


 

Séduite par « La fille sous la dunette », je n’avais de cesse de découvrir la suite vraisemblablement romanesque, des aventures d’Hoel et Isa. Ce deuxième opus ne m’a vraiment pas déçue.
Profitant d’un combat naval opposant le Foudroyant à un bateau anglais pour échapper à de Roselande et sa clique, Isa, Hoel et le major Michel de Saint-Quentin, chirurgien de la Royale, ont été recueillis en plein mer des Caraïbes par un navire ennemi. Ils sont ainsi rapatriés en Europe.
Débarqués à Portsmouth, ils poursuivent leurs aventures respectives. En septembre 1780, la jeune femme est libre de sa personne, mais les deux hommes ont rejoint, bien malgré eux, le camp de prisonniers de guerre de Chatham, un sinistre ponton-ancré perdu dans la vasière, ramassis de pirates, flibustiers et brigands de toutes natures.
Hoel dévore les lettres d’Isa, tandis que le major, bienveillant et toujours bon vivant lui apprend à écrire pour qu’il puisse lui répondre. La Belle a trouvé le moyen de se faire engagée comme répétitrice non loin de là.
L’album nous fait ainsi découvrir la vie de ces prisons sur l’eau où règne ce que l’on peut incontestablement appeler la loi de la jungle. Mais il est aussi l’occasion de l’entrée en scène d’un nouveau personnage, haut en couleur, Mary. Jeune anglaise à peine sortie de l’adolescence, elle est amoureuse de John, un lieutenant, dont elle porte l’enfant. Ce petit détail ne l’empêche d’aimer porter ses regards, et plus si affinités, sur les autres beautés viriles qui s’offrent au sien. Délurée, ingénieuse, prête à tout, elle rêve de vivre « un grand truc aventuresque » comme dans les bouquins. Elle a donc tout pour bien s’entendre avec Isa, d’autant plus que leurs désirs d’évasion se rejoignent. Mary et John aspirent à sauver leur amour et cet enfant à naître, Isa et Hoel à se retrouver et à s’aimer en liberté.
Quelle évasion rocambolesque les deux jeunes femmes vont-elles donc mettre en œuvre ? Pour quelle destination ? La France est-elle une terre sûre et chaleureuse ?

Ce deuxième opus a rempli toutes ses promesses. Le rythme est haletant, la psychologie des personnages plus approfondie. Mary apporte une nouvelle touche de fantaisie particulièrement appréciable et son français approximatif est un régal. Bourgeon a un sens aigu des dialogues qui apportent au récit vivacité et truculence. La précision du dessin soutient la part discrète de didactisme. Au delà des péripéties et de l’intrigue, il s’agit aussi de redécouvrir toute une période historique.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s