« Invisible mais vrai », Rémi Courgeon, Mango Jeunesse, 2006


Invisible1

Perchés dans un arbre, deux copains discutent. Emile raconte à Bob l’histoire de l’Homme invisible. Sa mère, prof de piano, le rappelle à l’ordre. C’est l’heure de sa leçon de piano, une vraie corvée pour Emile. De quoi fantasmer sur un potentiel pouvoir d’invisibilité qui lui permettrait de se soustraire à ses obligations et au regard de sa mère. Ses certitudes et ses désirs se voient cependant bousculés par sa rencontre avec monsieur Fressinet, l’accordeur aveugle. C’est toute une histoire de points de vue qui conduit le jeune garçon à porter un autre regard sur les choses, les sons, le monde.

« Apprendre les couleurs à monsieur Fressinet, ça n’était pas facile. Pour cela, j’ai cherché à quoi elles me faisaient penser. […]
Ce qui est le plus jaune, c’est la tête de la directrice le jour où une craie est venue se planter dans ses cheveux.

Ce qui est le plus noir, c’est quand toute la classe a été punie parce que le coupable ne s’est pas dénoncé. »

Non sans une dose d’humour propre à l’enfance, Remi Courgeon nous conte l’une de ces jolies amitiés qui donnent un autre tour à nos existences et nous font grandir. A travers la cécité de monsieur Fressinet il évoque évidemment la question de la différence comme source d’enrichissement. Comme toujours, son dessin mêle dynamisme et tendresse pour le plus plaisir des yeux.

invisible2

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s