discussion « Mamie a la maladie d’Alzheimer », Juvigny, Labbé, Latyk, Milan 2012


Alzheimer

Voilà un album D’Hélène Juvigny et Brigitte Labbé , illustré par Olivier Latyk qui aborde avec simplicité et humanité ce sujet grave qu’est la maladie d’Alzheimer. C’est à travers l’expérience d’une fillette de 8 ou 9 et ses multiples interrogations que les auteurs expose et explique la réalité de cette maladie, sans jamais rien enjoliver, sans inquiéter non plus.

Julie aimait sa mamie Solange. Elle passait chez elle tous les mardis soirs. C’est avec elle qu’elle riait et chahutait, à elle qu’elle racontait tous ses secrets, à elle qu’elle parlait de son amoureux César. Mais voilà qu’un jour Mamie lui répondit des choses bizarres comme si elles entretenaient un dialogue de sourds et qu’elle porta étrangement son manteau dans la maison.

La maladie l’a rattrapée, comme volée à elle-même. S’en est finie de cette belle complicité d’antan. Il est bien difficile à l’âge de Julie de tout répéter dix fois, de comprendre que sa grand-mère a perdu la mémoire, que les mots et les paroles s’envolent à peine prononcés. Il faut bien l’avouer, elle est en colère contre Solange qui pourrait bien faire un effort. Son père a beau lui expliquer, la situation ne lui semble pas moins insupportable, surtout lorsque ses parents lui expliquent que c’est irréversible. Julie s’inquiète aussi quand sa mère passe son temps à perdre ses clefs ou à oublier l’heure d’un rendez-vous. Pourquoi ces informations importantes lui sortent-elles de la tête ainsi. Et si elle était atteinte du même mal? ! Que deviendra-t-elle si c’est contagieux? Parfois elle culpabilise aussi: peut-être fatigue-t-elle trop les adultes au point qu’ils en perdent la tête. Elle a d’autant plus besoin d’être rassurée que ses parents, las et préoccupés, se disputent plus fréquemment et on moins de temps à lui consacrer.

Le scénario s’organise en mini chapitres qui alternent un récit en noir et des explications en couleurs. Il s’agit de parler vrai tout en dédramatisant la maladie et d’apporter des réponses justes aux questions que peuvent se poser les plus jeunes. Les illustrations toutes douces achèvent d’apaiser les angoisses.

L’album se clôt sur 4 pages proches d’un journal intime dans lesquelles Julie a noté ses remarques potentiellement utiles pour d’autres enfants confrontés à la même situation. On trouve également les adresses utiles de quelques associations susceptibles de soutenir les proches des malades.

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s