discussion Moi, après mois: janvier


Moi, après mois…

Un mois de janvier contrasté entre le brouillard de Sapa et les grosses chaleurs humides de Curepipe.

Janvier, entrer dans le mois en mouvement…le temps d’un voyage en train de nuit. Ouvrir l’année à la frontière chinoise. Déguster un délicieux menu chez les Dzao rouges. Recevoir un accueil VIP, gerbe de fleurs, cadeaux de bienvenue et alcool de riz. Un froid à vous glacer les sangs parce qu’on a sous estimé une petite phrase du Guide du Routard: « il peut faire frais à Sapa ». Porter une doudoune de printemps inadaptée. Acheter des pulls en catastrophe. Echanger des sourires, rien que des sourires à défaut de parler vietnamien. Recevoir un petit cœur d’herbe lors d’une balade chez les Mhongs. Supporter un guide enrhumé-renifleur et se souvenir que l’usage du mouchoir est culturel. Me réveiller au petit matin et contempler la brume qui recouvre la baie d’Halong. Savourer les crevettes de la dite baie en s’efforçant d’oublier la pollution potentielle. Rester estomaquée devant la culture des perles. Quitter l’Asie à regret et appréhender les 24 h de voyage. Visiter 6 heures l’aéroport de Dubaï, haut lieu du mondialisme et de la société de consommation. Découvrir qu’il existe encore des paquets de cigarettes à moins de deux euros et fulminer contre les taxes gouvernementales et l’hypocrisie du système. Se remettre au boulot par trente degrés quasi constants. Constater que l’énergie et les neurones de mes élèves supportaient mal la température ambiante. Lire un roman très drôle de Laurent Binet. Une Bd géniale de Gromont, et une belle pépite éditée Rue de Sèvres…Me régaler avec le dernier Spielberg. Découvrir enfin la fête de Cavadee et comprendre ce que ferveur signifie. Retrouver avec joie l’atelier de Leil et le plaisir de jouer avec les mots. Me dire qu’il faudrait vraiment que je me m’y mette, mais ne toujours pas y croire. Chausser mes tennis et renouer avec le tapis de course. Penser à manger mieux et me convertir aux smoothies maison. Décider qu’il faut s’accorder un plaisir par jour, un geste simple pour ne pas s’oublier et se faire du bien. Alterner vertus du masque, massage à 6 mains chez Romy et plaisir du tricot. Relire Sophocle et comprendre définitivement ce qu’est le tragique. Se dire que les Anciens avaient décidément tout compris. Laisser une place aux projets…songer à leur financement…tranquillement. Janvier, un mois pour évaluer les possibles, songer qu’il reste nombreux, que la vie peut être douce et qu’on a encore le droit de rêver.

5 commentaires

  1. L’année où nous sommes allés au Vietnam, il faisait un froid exceptionnel et on ne pouvait même pas monté à Sapa, les voies étaient gelées ! Je crois qu’il y fait toujours froid en fait 😉

    J'aime

    • Je m’estime donc heureuse d’avoir pu monter! J’aurais été vraiment déçue…Mais la chambre avec vue sur la montagne ne nous a guère permis de contempler autre chose qu’un épais brouillard.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s