discussion Atelier de Leil (40): La sensualité des réverbères


PLus que jamais l’écriture est salutaire et nécessaire et je remercie Leil du blog Bricabok de nous fournir chaque semaine cette opportunité.

Plus le temps passe, plus je savoure ces rendez-vous hebdomadaires avec une photographie qui nous poussent parfois dans nos retranchements, qui nous libèrent…qui nous révèlent à nous mêmes aussi, parfois.

Le cliché de cette semaine est signé de Julien Ribot.

 

Leil40

La sensualité des réverbères

Ils se sont donné le mot, ce cri de résistance qu’on chante à plein poumons, qu’on s’offre à pleine bouche, débout, libres, reconquérants.

Ils sillonnent avenues, ruelles et impasses; hantent les musées, les terrasses. Ils sirotent des cafés, du pastis, des mojitos ou du thé à la menthe au son des mandolines. Ils avalent des macarons, des hot-dogs et des cornes de gazelles dans une valse continue, une danse autour du monde, expression d’une vindicte pacifique mais terriblement décidée à abolir toutes les tentations du désespoirs et de la haine.

Ce soir, on allume les lumières, on se prélasse sans entraves à la chaleur des braseros et on offre au monde des ténèbres et de l’obscurantisme, nos esprits, nos visages et nos corps déliés des carcans qu’on voudrait nous imposer. On expose nos espoirs, on sussure nos valeurs à l’unisson, on entrelace nos mains et nos coeurs autour d’un verre, d’une cigarette et de mots libérés. On s’enlace contre les portes cochères en récitant du Prévert, parce que « les enfants qui s’aiment s’embrassent debout, Contre la porte de la nuit », en dépit des autres, en dépit de tout.

Ce soir, « les passants qui passent » ne les désignent pas du doigt, ils applaudissent. Ce soir, ces enfants qui s’aiment ne tremblent pas dans la nuit, non! Pas plus que les violons et tous les flonflons, ni les hymnes à la vie.

Ce soir, partout sur les cahiers, sur les bancs, sur les platanes des bords de Seine, sur les trottoirs, on se souvient des pages lues, échos de nos enfances, et on accole l’amour au mot liberté. « Sur les sentiers éveillés », « sur les merveilles de la nuit », « sur les places qui débordent », les peaux se touchent, les yeux se sourient, les êtres s’oublient et se ressourcent, l’un contre l’autre, dans la suavité de leurs forces embrassées.

Ce soir, les cheveux s’emmêlent, on se défait des oripeaux de la peur, on se boit, on s’aspire, à l’aune de la sensualité des réverbères!

Ce soir, ne s’éteindra pas.

20 commentaires

  1. « Ce soir, les cheveux s’emmêlent, on se défait des oripeaux de la peur, on se boit, on s’aspire, à l’aune de la sensualité des réverbères! » Quelle phrase magnifique ! Comme toujours, tu sais trouver le ton et les mots justes.

    J'aime

  2. Déjà le titre j’adore!C’est vrai quoi,on ne parle pas assez souvent de la sensualité des réverbères par ici!….Je te taquine parce que j’aime ton texte et qu’il m’a ému…..

    J'aime

  3. Ton texte m’a beaucoup touchée et particulièrement le passage suivant  » on offre au monde des ténèbres et de l’obscurantisme, nos esprits, nos visages et nos corps déliés des carcans qu’on voudrait nous imposer. On expose nos espoirs, on sussure nos valeurs à l’unisson, on entrelace nos mains et nos coeurs autour d’un verre, d’une cigarette et de mots libérés. On s’enlace contre les portes cochères en récitant du Prévert, parce que « les enfants qui s’aiment s’embrassent debout, Contre la porte de la nuit », en dépit des autres, en dépit de tout. »
    Merci, Merci et Merci. Je signe et contresigne au bas avec toi aussi !

    J'aime

  4. Merci Sabine pour cette note d’espoir inaltérable.
    J’aime surtout : « on entrelace nos mains et nos coeurs autour d’un verre, d’une cigarette et de mots libérés ».
    Belle leçon d’amour et de légèreté.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s