discussion « Dracula », Tomes 1 et 2, Hippolyte, Glénat, 2003-2004


dracula1

dracula2

Attirée par la couverture, le dessin , la qualité du papieret le format, je suis sortie de ma zone de confort et je me suis jetée sur ce diptyque découvert au CDI.
Hippolyte adapte le célèbre roman gothique de Bram Stocker, publié en 1897, et en suit fidèlement l’intrigue et le déroulé. Tout comme l’hypotexte il mêle des documents de natures diverses, extraits de journaux intimes, articles, lettres et nous narre l’incroyable rencontre de Jonathan Harker avec un prédateur des Carpates.

dracula4

Lorsque Jonathan quitte l’Angleterre pour se rendre à Bristnitz afin de signer une transaction immobilière, il ignore qu’il s’apprête à vivre les pires expériences de son existence et à basculer dans un autre monde, un univers foisonnant de loups, de chiens étranges, de chauves souris et autres créatures infernales, de femmes mystérieuses et d’épais brouillards de mauvais augure.
Pourtant son escale à Munich et sa balade nocturne dans un cimetière épouvantable, au sens propre du terme, auraient pu le dissuader de poursuivre son épopée fantastique. Bravant tour à tour la Walpurgis Nacht ou la nuit de la Saint Georges, et un voyage complexe, il gagne quand même le château de Dracula, cette « cathédrale noire » aux allures de prison. « C’est un Anglais donc il aime l’aventure ». Une fois le domaine de Carfax vendu, il imagine son retour rapide en Angleterre, sans songer qu’il vient de signer un pacte avec un diable d’un genre nouveau, assoiffé d’un sang frais nécessaire à sa survie. Toutefois les événements, les apparitions inquiétantes et les cauchemars se succèdent et facilitent une brutale prise de conscience: il doit débarrasser le monde d’un tel monstre. La tâche menace d’être ardue et de le conduire à un long périple à travers l’Europe.

dracula6

Ce scénario foisonnant est fantastique à souhait et je persiste à ne pas apprécier plus que cela cet univers, mais je suis totalement bluffée par le graphisme sublime d’Hippolyte et le choix des couleurs. L’originalité de l’album tient en grande partie dans le recours à la technique de la carte à gratter dont le résultat approche d’un effet gravure. Le clair-obscur ainsi obtenus et parsemé de notes rouges sied particulièrement à la dimension fantastique du récit.

dracula5

dracula3

Lecture effectuée dans le cadre de la-bd-de-la-semaine hébergée cette semaine chez Stéphie du blog Mille et une frasques

11 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s