discussion « Otages intimes », Jeanne Benameur, Actes Sud, 2015 (rentrée littéraire)


benameur
Lorsque s’ouvre le récit, Etienne est comme dans un entre-deux étrange, « plus vraiment captif, mais pas encore libre. Ce photographe de guerre, « arraché de son bord de trottoir dans une ville en folie » deux ans plus tôt est en transit pour la France. Mais après les examens médicaux de rigueur, le plaisir premier de retrouver les sonorités du français et les siens, il lui faut réapprendre à vivre, retrouver une place dans le monde, et surtout conjuguer avec cette violence insidieuse, intériorisée, qui le tenaille. Il doit retrouver les sourires, la confiance, redécouvrir les couleurs, lui qui est resté les yeux bandés de longs mois.
« Il n’imaginait pas ce que serait de retrouver la scansion de la lumière et de l’obscur. »
C’est en province, chez Jeanne, sa mère, qu’il s’installe le temps de cette lente reconstruction. Il y rencontre Enzo et Jofranka, les copains d’enfance, la musique de leur trio, les petits plats et les balades en campagne. Souvent solitaire, « il lutte contre le sentiment d’avoir perdu quelque chose d’essentiel, quelque chose qui le faisait vivant parmi les vivants. « La paix d’ici ne contrebalance pas l’horreur d’ailleurs » et le souvenir s’inscrit dans le corps tout entier.
Mais sa présence pousse aussi ses proches dans leurs retranchements, dans les replis de leur histoire. Chacun est finalement un otage à sa manière, otage de ses renoncements, de ses obsessions, de ses idéaux, de ses désirs quelquefois inavouables.
L’écriture est fine, ciselée, poétique. Elle s’efforce de dire l’humain et cultive l’art du détail, notamment lorsqu’il est question de Jeanne, un personnage profondément attachant. Je suis pourtant restée en marge du roman, froide, gênée par le sentiment d’une certaine redondance.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s