Expo « Tatoueurs tatoués », Musée du Quai Branly jusqu’au 18 octobre 2015


Musée du quai Branly. Affiche de l'exposition anthropologique :

Que vous ayez, comme moi, offert un jour votre corps à l’aiguille du tatoueur ou non, cette expo du Musée du Quai Branly vaut le détour.
« C’est un art en mouvement qui traverse les questionnements et connaît des divergences, formulant continuellement de nouvelles écoles, de nouvelles façons de penser et de produire, mais qui, en parallèle, reste fondé sur ses racines de départ ». Anne & Julien, fondateurs de la revue d’art « Hey! »
Ce sera d’abord l’occasion de découvrir un lieu sympathique. Je ne suis pas fan de l’architecture, mais l’aménagement de l’espace est intéressant. Une large place est accordée à la verdure et vous pouvez profiter de l’opération « les jardins d’été »: livres voyageurs, espaces où farnienter au soleil, petites tonnelles aux sièges design….ainsi qu’un café pour se restaurer ou siroter un jus de fruit.

IMG_1938 IMG_1939IMG_1951
La collection permanente, organisée par continent, se présente comme un vaste dialogue des cultures. 4 escales majeures s’offrent à vous: l’Asie, l’Afrique, l’Océanie et les Amériques. Vos enfants peuvent suivre le périple armés d’un petit guide d’exploration qui rend la visite on ne peut plus ludique. Costumes, objets du quotidien et autres bizarreries, pour les européens que nous sommes, sont au rendez-vous. J’avoue avoir été impressionnée par les gigantesques tambours à fente qui opèrent comme des gongs.

IMG_1928
Ce chambranle de porte mélanésien m’a également laissée pantoise.

IMG_1929

Mais revenons à l’objet de la balade du jour, le tatouage. L’expo vous propose d’abord une découverte générale de ce qui est devenu un art à part entière. La première partie évoque l’histoire du tatouage, utilisé il y a plusieurs milliers d’années pour ses vertus thérapeutiques. Qui l’eut cru !!!!??? De la Sibérie au Pérou, en passant par les Philippines, le tatouage avait pour vocation de guérir, d’embellir, de signifier une appartenance ou au contraire, une exclusion, une marginalisation. Il fut longtemps punition, en effet, et stigmatisation. Que l’on se souvienne des esclaves, des criminels ou encore des prostituées. Il fut un temps tellement associé à l’univers des voyous (les Apaches à Paris, les yakuzas au Japon etc) et des femmes de mauvaise vie que la police française eut l’idée de répertorier les individus tatoués. On peut ainsi découvrir l’album photo d’Alexandre Lacassagne, médecin militaire et criminologue.
Photos, images, aiguilles, films et même fragments de peau permettent donc de remonter le temps et de mieux comprendre les fonctions de ces différents marquages corporels.

IMG_1875IMG_1876IMG_1891Ici, une femme algérienne!
Ici, un bras momifié retrouvé au Pérou: on suppose qu’il s’agissait de lutter contre l’arthrose….

IMG_1880

Là un fragment de peau

IMG_1881Ou encore un fragment de dos japonais

IMG_1912
Certains motifs retracent toute une histoire, des pans de vie, des espoirs et des souffrances.

IMG_1887IMG_1889

Je fus très impressionnée par cette technique du tatouage brodé!!!!

IMG_1884
La suite de l’exposition s’organise par hauts lieux du tatouage: Japon, USA, Iles Samoa, Nouvelle Zélande, Thaïlande, avant de revenir sur le tatouage aujourd’hui.
Des USA, je retiendrai le principe du sideshow en vogue de la fin du XIX° à 1950: ces spectacles de foire accordaient une large place à des individus entièrement tatoués. Le corps de certains faisait office de « Monsieur Loyal » : chaque partie du corps était dévolu à la présentation d’un numéro du spectacle. A noter, que ce genre de show sensationnel fait son retour depuis les années 90.
Malle de tatoueur itinérant qui attendait les spectateurs après la représentation.

IMG_1895

Machine à tatouer américaine des années 50

IMG_1919Et un paravent permettant aux badauds de sélectionner leurs motifs

IMG_1899
Pour ce qui est du Japon, j’ai surtout été séduite par la richesse des motifs, l’abondance des couleurs. Comme en Europe un temps, il appartenait au monde la pègre, même si l’on en trouve des traces multiples dans les estampes ou le théâtre kabuki.

IMG_1913IMG_1911
En Océanie, il opérait au contraire comme une marque de prestige social et était choisi avec soin. Chez les Maoris par exemple, ils sont choisis en fonction de l’histoire personnelle, des ancêtres, de la place dans le clan.
Les Thaïlandais lui accordent une dimension sacrée: pour rendre le tatouage efficace (les « sak yan » appellent en effet la force, la gentillesse, la protection, la chance, l’amour…), les moines récitent des versets sacrés tout en frictionnant le motif. Ils achèvent le processus en soufflant dessus pour en activer le présumé pouvoir.

Voilà une aiguille à tatouer
IMG_1924

Le tatouage connait un incroyable engouement depuis la fin du XX°, il suffit pour s’en convaincre d’observer le monde de la mode (et pas uniquement Ed Hardy), les stars (dont la jolie Angélina), les publicités et même le design. Un français sur dix est tatoué.

IMG_1898

IMG_1897

Mais comment s’explique cet engouement?
Tout a commencé avec les voyages, les explorateurs et les marins qui profitaient de leurs expéditions au bout du monde, pour se faire tatouer.
De nombreux contacts de sont ainsi développés entre tatoueurs et tatoués du monde entier. Chacun subissant les influences extérieures. Des clubs ont vu le jour… puis des rendez-vous internationaux. C’est ainsi que le tatouage japonais, ou les motifs tribaux maori ont gagné le monde entier. On recense aujourd’hui des artistes tatoueurs de renom à travers le monde. 13 d’entre eux ont d’ailleurs accepté d’œuvrer sur des volumes de peau artificielle pour l’exposition.
IMG_1921

IMG_1922

Le sujet m’a intéressée, la richesse de l’expo m’a impressionnée, bien des motifs m’ont séduite. Mon seul bémol concerne l’espace: le choix de la mezzanine est peu compatible avec une exposition aussi dense et aussi fréquentée.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s