Expo « Cherchez l’erreur »: 6 femmes à l’honneur!


Mes premiers pas à Paris cette saison m’ont porté dans la Goutte d’Or, quartier bigarré s’il en est du XVIII°.

IMG_1879

Outre les rencontres improbables, les boutiques hautes en couleurs et leurs objets insolites, la coopérative alimentaire, son jardin et ses fauteuils dépareillés « so cute », le quartier renferme aussi en son sein l’Institut des cultures de l’Islam.

IMG_1913

IMG_1883

IMG_1874

Sis au 56 rue Stephenson, ce lieu aussi calme qu’accueillant, résolument conçu dans un esprit d’ouverture, est d’une grande richesse. Vous pouvez y apprendre l’arabe, le kabyle ou le wolof, y suivre des ateliers de pratiques artistiques (zéllige et mosaique, calligraphie…) mais vous pouvez aussi profiter d’un café sympa, du salon de thé conçu par le plasticien marocain Hassan Hajjaj ou du hammam (et de ses nombreux soins). Les conférences et autres rencontres avec des auteurs, des philosophes ou des cinéastes sont multiples. Le principe du ciné-goûter semble bien sympathique aussi.

J’ai pu y découvrir une exposition intitulée « Cherchez l’erreur » en prolongation jusqu’à aujourd’hui.

banner-chercher-800-prog

Son commissaire, Michket Kifra, avait réuni pour l’occasion des oeuvres de 6 femmes originaires d’Iran, d’Egypte, de Palestine, Jordanie et Algérie, toutes plus décapantes les unes que les autres. Ces 6 artistes talentueuses abordent toute à leur manière la thématique de la guerre avec laquelle elles sont obligées de conjuguer dans la banalité de leur quotidien. C’est justement l’effort pour maintenir la banbalité de ce quotidien qui devient une forme de résistance, typiquement féminine peut-être, face aux instincts destructeurs. Dans cette vie qui continue à tout prix, le conflit apparait comme une anomalie à l’image de cette grenade égarée au milieu d’une nature morte de l’iranienne Shadi Ghadirian.

IMG_1887

Dans le même esprit, la jordanienne Tanya Habjouqa propose une série de photos intitulée Occupied Pleasures réalisée à Gaza entre 2011 et 2014. Son oeuvre, non dénuée d’un humour assez caustique, joue sur des effets de décalage qui en disent plus long que certains reportages.

IMG_1902

IMG_1901

IMG_1900

Ce fut mon premier coup de coeur!!!!

J’ai particulièrement aimé aussi les autoportraits de Raeda Saadeh pour leur portée universelle.

IMG_1907

IMG_1908

IMG_1910

Outre les conditions de vie imputables aux problèmes politiques de cette zone du monde, ces clichés sont hautement symbolique de la condition féminine à travers le monde et les différentes cultures.

J’ai goûté aussi le travail de Zoulikha Bouabdellah qui consiste à détourner les motifs ornementaux de l’architecture arabe et d’y insérer la forme stylisée d’un mirage.

IMG_1886

IMG_1895

3 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s