« Le premier livre de toutes nos couleurs », Alain Serre et Zau, Rue du monde


Il s’agit de la seconde édition.

livredenoscouleurs

Un MUST HAVE !!!!!

« Ton boomerang est australien, ta voiture japonaise et la démocratie est grecque. »

Il faut donc de tout pour faire un monde !

Cet album est à l’image de son titre et de la maison d’édition, haut en couleurs. Mais cela ne doit pas occulter la pertinence et l’intelligence du propos. Les auteurs s’intéressent à l’humanité qui assiste chaque seconde à 2 décès et 4 naissances dans le monde, à son peuplement, à la diversité humaine.
Notre planète compte ainsi 7 milliards d’humains qui comprennent en grandissant qu’ils ne sont rien sans les autres. Mais qui sont ces autres? Où les rencontre-t-on? Comment?
Les textes sont émaillés de dessins et de clichés d’enfants pris à travers le monde. Le cosmopolitisme est aussi traduit par l’insertion de citations enfantines ou non en coréen, en hébreu comme en espagnol, suivies de leur traduction. Et si chacun appartient à une ethnie ou une culture différente, les frontières sont moins étanches qu’on l’imagine comme le signifie ce petit espagnol dont la mère cuisine parfois au curry.
Il s’agit pour les auteurs d’aborder la question du peuplement planétaire, mais aussi celle de l’altérité et du racisme. De petits encadrés de couleur comportent des informations, comme la définition de la mélanine, et des statistiques; d’autres invitent à de chouettes exercices comme l’invention de proverbes contre le racisme, de scénarios où les cowboys ne seraient pas forcément les héros. On apprend ainsi qu’un français sur 3 a un parent ou grand-parent d’origine étrangère et qu’1 million et demi de Français vivent actuellement à l’étranger.
L’individualité de chacun est posée. Nous sommes effectivement tous uniques, il suffit de penser à nos empreintes digitales ou à notre ADN. Chacun est aussi façonné par son lieu de vie, le climat, sa religion…
« Ainsi, chez les humains, un père et une mère créent toujours du neuf! »
L’approche est à la fois scientifique, sociale et philosophique. Le propos est très dynamique et s’appuie sur des exemples frappants, souvent amusants pour inciter les jeunes à s’enrichir de cette diversité, plutôt que de cultiver des peurs parfois dangereuses. L’album aborde en effet aussi les plaies de l’histoire, les génocides et les grandes exclusions. J’ai beaucoup aimé les parties consacrées aux grandes découvertes et à Christophe Colomb ou au commerce triangulaire.
Au terme de ce bel ouvrage très complet, vos enfants retiendront sans nul doute que le 21 mars est la journée internationale contre le racisme.

« Les nuages sont tous différents, ils sont pourtant tous faits de la même eau. » (Traduit du japonais).

Autres ouvrages de Rue du Monde

« Je suis un enfant de partout »

« Et Picasso peint Guernica »

« Le petit OULIPO »

« Zappe la guerre »

« Mandela, l’enfant multicolore »

« Hiroshima deux cerisiers et un poisson lune »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s