discussion « Je suis un enfant de partout », Editions Rue du monde, illustrations de Judith Gueyfier,2008


EnfantPartout

Des poètes d’aujourd’hui disent les enfants de là-bas et d’ici.

On retrouve parmi aux Yves Pinguilly, Alain Serres, Francis Combes, Pierre Gamarra, Pef, Michel Piquemal, pour ne nommer qu’eux.

Il est assez difficile de rendre compte de ce bel album qui se propose de faire un tour du monde de l’enfance et des mots. Chacun des auteurs cherche alors l’idée propre à traduire l’esprit du pays et s’efforce de trouver le mot juste. Le tout s’offre ainsi comme un hymne à une enfance à la fois contrastée et universelle, mais aussi comme critique des violences faites à ces innocents.

IMG_0003

L’album s’organise autour des différents continents d’abord. En Asie, nous croisons l’artiste Petite Lune ou Petit-grain-de-riz et ses yeux bridés. Le petit Thai, lui, cherche « un pays poète, petit pays de papier …pays des mots, pays musique ». En Inde, Alain Serres, inspiré par un tapis, évoque en douceur le travail des enfants. La Bolivie abrite de curieuses sorcières qui regrettent les parfums d’enfance anciens. Vava, lui rêve de foot et de Valparaiso dans son maillot rose. Alfredo, le petit portugais, aide son père dans l’oliveraie, tandis que le petit Lapon a bien de la chance. Le pauvre petit Salah cherche en vain son tapis volant dans les ruines.

« Cet enfant-là

qui a des cheveux blonds et la peau blanche

ne sait pas

que quelque part dans le monde

un autre enfant

qui a des cheveux noirs et la peau noire lui ressemble. »

Les enfants jouent, les enfants rêvent. C’est souvent le temps des jeux et des espoirs. Certains pourtant sont confrontés à une existence plus difficile, évoquée avec justesse et sobriété. Ils n’ont pas de cerf-volant, se voient privés d’école et sont exposés aux haines adultes.

« Il est un océan Pacifique

mais faut-il le croire? »

 

« A ce que dit papi,

La Nouvelle-Calédonie

ne s’appelle pas Calédonie,

mais Porte-Avions-Du-Pacifique » (PEF)

Les poètes s’unissent enfin pour rappeler combien « les enfants de partout » »né(s) de l’amour entre la chance et le hasard », se ressemblent « comme deux gouttes de poésie » et sont tous des citoyens de la terre dotés de deux mains pour se saluer, de deux yeux pour se sourire.

IMG_0005

Les illustrations de Judith Gueyfier, très hautes en couleurs, sont à l’image de ces mots pleins d’espoirs.

IMG_0002

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s