discussion « Prévert, inventeur », Christian Cailleaux et Hervé Bourhis, éditions Aire Libre, 2014


prevertinventeur
S’appuyant sur une documentation rigoureuse, les deux auteurs cherchent à redonner vie à Jacques Prévert. Dans ce premier opus ils s’intéressent à la période 1921-1930, qui n’est peut-être pas la plus palpitante.
L’album s’ouvre sur l’année 1921. Prévert est alors biffin à Constantinople aux côtés de Marcel Duhamel. Amateur de Raki, le jeune homme originaire de Neuilly aime aussi se montrer impertinent. Lorsqu’il est en forme il cite Loti; la nuit, avec les autres, il profite de Constantinople l’interlope, ce qui lui vaut quelques ennuis. Puis vient le retour à Paris, le temps de l’humour potache au travail, une tendance peu compatible avec la rigueur attendue. Prévert est en effet un poète dans l’âme qui joue constamment avec le langage, qui rebondit d’un mot à l’autre, parfois sans à-propos. Fâché avec le travail, il se laisse vivre aux crochets de Duhamel, qui entretient aussi le peintre Yves Tanguy. Ensemble, ils fréquentent l’incroyable librairie « La Maison des Amis des Livres » et ils écument les bars et autres lieux chauds de Montparnasse, savourant ces années folles. Installés dans un vaste appartement de la rue du Château, ils partagent les beuveries et une certaine insouciance alors que le surréalisme tend à s’imposer dans le paysage artistique. Malgré son mariage avec Simone, Prévert n’a toujours pas le sens des responsabilités. Il s’essaie sans conviction à l’écriture et se dit cinéaste…Sa seule véritable occupation, en dehors de ses facéties alcoolisées, semble être le délire verbal.
« La logorrhée c’est ma façon de penser et nul ne peut m’arrêter. »
Les auteurs tentent de faire revivre ces années, l’ambiance surréaliste, les conflits avec Breton, mais le scénario m’a semblé très désordonné et peu convaincant. Le dessin est assez sympathique mais inégal, et je suis restée à la porte de cet univers. Quelques planches sont très réussies, mais elles sont rares et je me suis relativement ennuyée à cette lecture. Cela ne m’empêchera pas de parcourir le second opus à sa publication. Mon ennui était peut-être dû à cette période de l’existence de Prévert qui n’est pas forcément la plus envoutante.

9 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s