discussion « Paradis blues », Shenaz Patel, Vents d’ailleurs, 2014


« Paradis blues », Shenaz Patel, Edit° Vents d’ailleurs, 2014 paradisblues

Le récit s’ouvre sur les songes de Mylène, une jeune mauricienne, et sur une une invitation à absorber le bleu du ciel par une journée chaude et silencieuse; une invitation à un laisser aller lénifiant, ou plus exactement réparateur.

« Calme. calme. pas de vacarme, surtout. »

Mais regarder le ciel, ce paradis bleu, c’est s’ouvrir à soi, courir le risque d’ouvrir la boite de Pandore, le souvenir d’un cadeau enneigé, du travail à l’usine Hong Kong Shangai et du rêve de devenir secrétaire, des fils à couper et des ourlets, l’espoir triste des correspondants, symboles d’un ailleurs peut-être plus bleu. C’est aussi mieux percevoir ses chaînes et son enfermement, c’est écouter résonner ses douleurs.

« Ma mère me disait toujours que je me casserais la figure un jour, parce que je rêvais trop grand pour moi. » « Est-ce que ça a une taille standard les rêves? »

Mylène est en quête d’apaisement: oublier un mariage fait de piques, de pieux et de barbelés.

« Les mots (lui) arrivent comme des marcheurs pressés » et elle revoie le désordre de sa vie brimée, brisée, sur un rythme effréné.

« Mais ils marchent le front buté, les mots.
L’air de dire, je suis là, je ne recule pas, je ne retourne pas d’où je viens. »

En aspirant ainsi le bleu du ciel et de la mer, elle aspire à rompre les digues, à larguer les amarres, à s ‘affranchir, du poids de son éducation, de la prison du mariage, de l’enfermement territorial , social et psychique.

Shenaz dépasse les clichés « cartes postales » pour évoquer les réalités autrement plus âpres de l’île Maurice, mais elle offre surtout à ce récit une dimension universelle. Dans une poésie de la douleur, et de l’espoir aussi, qui adopte un rythme incantatoire envoûtant,

« Des mots, des mots.
Des mots fétides et pleins de fièvre.
Des mots qui fouaillent et qui fustigent.
Des mots violents, des mots vengeurs. »

elle écrit pour rappeler l’insularité des êtres.

La musique de ce texte vous embarque, vous aspire dans ce bleu, à la fois horizon azuré, lumineux, et triste océan d’une âme insulaire. C’est un chant de révolte, qui commence comme un blues, discret, presque léger, pour devenir cri.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s