discussion « Deux jours, une nuit », des Frères Dardenne, 2014


« Deux jours, une nuit », Les Frères Dardenne, 2014

Dardennes

La narration s’ouvre sur un vendredi plus déprimé que les autres. Sandra (Marion Cotillard), réveillée par la sonnerie du téléphone, sort péniblement d’une léthargie inquiétante. Elle est en passe de perdre son emploi. Il est des jours ainsi, où la vie semble tellement s’acharner que l’on souhaite juste se mettre la tête dans le sable pour ne jamais la ressortir.
Manu, son époux tente de l’aider comme il peut, quitte à la bousculer:

« La seule manière pour arrêter de pleurer c’est de te battre pour garder ton boulot »

Sandra travaille au sein de l’entreprise SOLAL, spécialisée dans la fabrication de panneaux solaires. Mais avec la crise, la concurrence asiatique devient difficile, si bien que les employés ont été amenés à voter. Le DRH, monsieur Dumont leur a demandé de choisir entre leur prime annuelle de 1000 euros ou la sauvegarde du poste de Sandra. Si on ajoute à cela le fait que le report de ses tâches sur les autres durant son absence leur a permis d’obtenir des heures supplémentaires, on comprend qu’ils sont confrontés à un dilemme bien cruel. Boostée par son mari et par sa collègue Juliette qui a bien compris les manigances de Jean-Marc , le représentant du personnel, elle obtient l’organisation d’un second vote à bulletin secret cette fois.

Elle dispose donc d’un week-end, « deux nuits, un jour » pour rencontrer ses collègues un par un et tenter de les convaincre, histoire de contrer l’effet de groupe et de sauver sa place. Il s’agit entre autre, de les persuader que la maladie n’empêche pas que l’on redevienne performant.
Les entretiens sont délicats pour tout le monde. Sandra reste poursuivie par l’idée qu’elle n’existe pas, qu’elle n’est rien, rien du tout. D’autres voudraient bien la comprendre, mais voter pour elle, c’est perdre la prime, c’est perdre « un an de gaz et d’électricité », ou l’extension de sa terrasse.

Ce film est d’une grande modernité par son sujet qui s’inscrit dans une actualité sociale âpre, mais il soulève aussi des questions humaines fondamentales. Quel est le poids de la solidarité face aux individualismes ? Quel est le poids d’une prime individuelle de 1000 euros face à la catastrophe humaine que peut représenter un licenciement, surtout pour un individu déjà affaibli? L’autre question c’est aussi de savoir si on a le choix, un choix véritable lorsque l’on est soi-même aux prises avec les difficultés quotidiennes de ce monde en crise.

Le sujet est incroyablement courageux ! L’épopée de Sandra, bien difficile! C’est une bataille contre et avec les autres, mais c’est aussi une lutte permanente contre elle-même, ses peurs et sa piètre image d’elle-même. sans parler du Jean-Marc qui manoeuvre constamment en coulisse.

« je me sens comme une mendiante, comme une voleuse »

Que vaut le sacrifice? Les réactions de certains peuvent faire froid dans le dos.

C’est ce que Sandra, qui se jette à corps perdu dans cette quête, va découvrir. Elle sillonne les environs dans un road movie social original brillamment soutenu par la photo d’Alain Marcoen qui excelle à capter les regards qui en disent long. Outre Marion Cotillard, qui joue tout en finesse et qui apporte beaucoup au film, le casting, loin de réunir des têtes d’affiche, est une réussite.
Les Frères Dardenne ont vraiment l’art de nous pousser dans nos retranchements et dans nos interrogations les plus profondes.

3 commentaires

  1. Vous me donnez envie. J’aime beaucoup les frères Dardenne, je verrai celui-là quand il passera à la télé.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s