discussion « Le sac à main », Marie desplechin, Edit° Estuaire, 2004


« Le sac à main », Marie Desplechin, Editions Estuaire, 2004 Sacamain

Laquelle d’entre nous n’a jamais eu droit à quelques remarques acerbes, ironiques ou simplement amusées sur son sac à main et les trésors qu’il recèle ??? Laquelle d’entre nous pourrait expliquer ce que le sien contient, sans se tromper, sans rien oublier ? Qui pourrait vivre sans son sac, alors qu’il prend souvent des allures de trousse de secours, mêlant l’utile à l’inutile ?
Dans cet étrange texte illustré de quelques dessins d’Eric Lambé, Marie Desplechin s’intéresse en deux temps à cet accessoire, aussi essentiel à la femme que l’est sa coquille à l’escargot. Dorothée se livre d’abord à l’inventaire de son sac à main, avant que Desplechin nous livre le point de vue de son époux, Lars. Bâton de rouge à lèvres, paquet de mouchoirs et allumettes côtoient préservatif, trousseau de clés, vieille liste de courses mais aussi une pierre ramassée en bord de mer et l’éternel tampon, celui qui roule toujours honteusement sous les yeux de tous lorsque l’on renverse son sac, celui « semble doué d’un penchant propre à la facétie ». L’évocation et la description de chaque objet est l’occasion d’un effort de mémoire… la narratrice se souvient d’un voyage, d’un moment, d’un état d’esprit… chacun est aussi l’occasion de mieux cerner sa psychologique. Ces objets s’imposent à elle comme autant de pièces du puzzle la constituant. La vue de son rouge à lèvres, donné par sa sœur l’amène ainsi à percevoir chez elle un certain manque d’assurance :
« Je préfère les objets qu’on me donne aux objets que j’achète. Ils me semblent mieux choisis, ils me semblent plus désirables »
Face à ce bric à brac, un seul constat s’impose :
« Je suis comme un empire fait de principautés rivales. Pas de fédération chez moi, mais un désordre de pièces capricieuses et volontiers dissidentes. J’ai eu longtemps le souci de m’améliorer. En vain. J’ai donc cessé de me battre pour m’imposer un ordre. »
Dorothée s’interroge aussi parfois : « Se balade-t-on avec des préservatifs si l’on n’a pas l’intention de s’en servir ? »
C’est en tout cas un objet fort rassurant : « Les débuts de notre vie commune, à ma capote et à moi, ont été marqués par une indéniable augmentation de mon potentiel de séduction. En la matière, une capote au fond d’un sac peut faire beaucoup plus pour une femme qu’un bâton de rouge à lèvres ».
Peut-être devrais-je investir !!!!!
A ces considérations et autres souvenirs, se mêlent quelques pensées sur le monde et l’existence, quelques maximes d’un genre nouveau :
« J’ai longtemps pensé que cette trahison du tampon était une parabole : qu’elle le veuille ou non, une femme est à la merci de sa féminité ».
Lars, lui, se souvient de l’achat de cet article de maroquinerie à Milan. Le choix avait été délicat, l’occasion de réaliser qu’il ne connaissait pas sa femme si bien que cela.
« Curieusement, alors même qu’elle l’avait fait sien, ce sac n’a jamais cessé d’être aussi le mien. »
Ceci explique qu’il se livre en catimini à cet acte sacrilège : il le vide de temps à autre pour en dresser à son tour l’inventaire ! Il ne s’agit pas d’espionner, mais simplement d’éprouver « un émoi érotique », comme s’il partait ainsi en quête de sa femme. Mais peut-on faire parler les choses ????
Ce court récit mêle fraicheur, originalité et émotion. J’ai beaucoup aimé cette histoire de femme, cette quête de soi-même à travers les objets les plus hétéroclites.

2 commentaires

  1. Ah mais voilà qui me parle 🙂
    En revanche, j’aurais horreur qu’on vide mon sac à main pour en faire quoi que ce soit Oo Le mien est secret!
    Et ton sac, Sabine, comment le définirais-tu?

    J'aime

    • Eh bien, je me suis pas mal convertie aux cabas ou aux grands sacs, et c’était le bazar, mais j’ai investi le week-end dernier dans un organisateur de sac. Je déteste qu’un tiers y mette son nez moi aussi. Pourtant il ne contient rien de compromettant.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s