discussion « Les nombrils,T 1 Pour qui tu te prends?, Delaf et Dubuc


« Les nombrils » t 1 « Pour qui tu te prends de Delaf et Dubuc, Editions Dupuis 2006 les-nombrils-tome-1

« Les nombrils T1/ Pour qui tu te prends ? » de Delaf et Dubuc, Dupuis, 2006

Le vendredi étant ma loonnnnnggggguuuuueeeeee journée, j’éprouve généralement un besoin de légèreté en soirée.
Cette semaine ce fut une BD avec le premier opus des Nombrils, une histoire de filles…
Imaginez une bande de copines très concentrées sur leur vie lycéenne. Des filles qui écrivent volontiers les lettres d’amour les plus délirantes au beau John John, qui ne pourra pas forcément les lire vu qu’il sait à peine lire, mais qui rechignent sur la rédaction de leur devoir de math. Des filles qui se musclent assises sur l’herbe durant le cours de gym. Des filles qui ne pensent qu’aux garçons, parce que forcément, dans la vie c’est l’essentiel ! Des filles qui cultivent tellement les valeurs de l’amitié qu’elles vont jusqu’à vous piquer votre petit ami.
Karine, la grande échalote, celle qui n’a jamais de Valentin, est la plus raisonnable et la plus intello des trois, mais c’est aussi un peu leur souffre-douleur. C’est la brave copine qui sert de faire-valoir, toujours prête à rendre service. Il faut dire qu’elle a toujours un temps de retard et qu’elle est dotée d’une crédulité à toute épreuve, même si elle affirme ne pas croire aux horoscopes. Il ne faut pas toujours croire celles qui vous clament que « les liens d’amitié sont plus fort que tout. ». Les deux autres font la paire et se prennent pour le centre du monde. Elles sont forcément THE référence en matière de cosmétiques, de mode et de techniques de drague.
Les deux pestes, Vicky et Jenny, nous font donc beaucoup rire à ses dépends. C’est cruel certes, mais je dois avouer que certains gags sont désopilants. Le coup de la dispense de natation vaut son pesant d’or. Elles ne manquent vraiment pas d’imagination et leur méchanceté est à la mesure de leur bêtise et de leur superficialité. Nous en avons toutes connues des comme cela dans la cour du lycée … et nous nous souvenons combien les filles peuvent rivaliser avec Dallas en matière d’univers impitoyable !
Sans être révolutionnaire ou original, le scénario est plaisant. Les dessins sont frais et colorés, mais le trait assez caricatural, dans l’esprit du thème. Sous couvert d’humour il s’agit de dénoncer certains comportements, typiquement féminins peut-être. Delaf et Dubuc nous livrent en tout cas un portrait acide et drôle de la peste, cette fille qui s’empresse de remplacer sa Karine par une autre, lorsque la première ouvre enfin les yeux.

5 commentaires

  1. Les Nombrils sont, je trouve, une très bonne série de BD drôles et bien imaginées. Je crois les avoir tous lus sauf le dernier opus (N°6) sorti il y a quelques mois. Excellent article !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s