discussion « J’aurais aimé être ethnologue » de Margaux Motin, Marabout, 2009


Allez, comme le premier mardi du mois c’est permis (si si c’est Stéphie du blog mille et une frasques qui le dit), voilà un billet sur une lecture légère, humoristique et féministe (mais si les trois sont compatibles!!!). margauxmotin
Si la narratrice n’était pas devenue illustratrice, elle aurait aimé être ethnologue ou championne de pole dance. Mais cela ne lui aurait pas déplu non plus de savoir parler avec les animaux…
A défaut, cette intello collectionne les gaffes et les théières, tient un blog, et travaille à domicile…une excellente façon de ne pas se prendre la tête avec des collègues. Mais bon, l’ennui quand on n’a pas de collègues, c’est qu’on ne sait pas avec qui partager sa liste des 5 gars les plus sexys en pleine journée.
Un petit tour dans la « real life » lui serait peut-être salutaire histoire de se faire des amis, de rencontrer « l’homme », de faire un gosse…
Ciel les gosses!!!! « C’est comme l’alcool.. des moments d’ivresse intense…et des lendemains de cuite terribles ». Margaux Motin explore ainsi sous toutes les coutures le bonheur de la maternité, « The most famous BOBARD of the universe », ne serait-ce que parce qu’on passe d’un bon 90 B à un petit 80 A et que les vergétures, stigmates de ce rite de passage à la plénitude, nous rappelleront amèrement ce grand bonheur toute notre vie.
En même temps, être la fille de sa mère n’est pas une sinécure non plus! Et il peut aussi y avoir de sérieuses limites au plaisir d’être la soeur de sa soeur.
Mais le plus difficile à réaliser sereinement reste sans doute la vie de couple. Margaux Motin revisite le mythe du romantisme avec humour et explore méthodiquement l’univers du quotidien à deux: les pulls en cachemire qui rétrécissent, les soirées TV en mode foot, les messages subliminaux auxquels l’homme reste miraculeusement sourd, surtout lorsqu’il est question des Louboutin qui hantent nos rêves. Sans parler des week-ends à Rome en amoureux, entre pizzéria et stade de foot…
Mais comme la vie d’une femme ne se limite pas à ses fonctions de mère et d’épouse, Margaux nous parle aussi des copines, des vacances, de la culotte-de-ragnagnas que nous feindrons évidemment de ne pas connaître, des lendemains douloureux, des régimes que nous commencerons demain. « Le Règlement Intérieur du Bien s’habiller selon moi même » prête bien à sourire, mais j’ai un faible pour la double page consacrée à la visite éclair dans les toilettes publiques, aussi désopilante que réaliste!!!!
Le dessin est très sympa, les thématiques bien choisies, les remarques souvent justes et le tout est assez drôle. J’ai passé un moment vraiment agréable.

5 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s