discussion « Les chats persans » de Bahman Ghobadi, 2009


« Les chats persans » de Bahman Ghobadi, 2009 leschatspersans

Film projeté pour la 1ère fois au Festival de Cannes, dans la catégorie « Un certain regard » en 2009. Il remporta d’ailleurs le prix spécial du jury.

Avec ce film, le réalisateur iranien d’origine kurde, Bahman Ghobadi, retrace une partie de l’épopée du groupe de rock indé « Les chats persans », plus connu sous le nom de « Yellow Dogs », dont certains membres ont péri assassinés en novembre dernier aux Etats Unis. Il nous propose un biopic musical et un parcours inédit dans le Téhéran underground.
Négar (interprétée par Négar Shaghaghi) et Ashkan (incarné par Ashkan Koshanejed) sortent à peine de prison lorsqu’ils rencontrent Nader (un Hamed Behdad époustouflant). A noter que les rôles principaux sont interprétés par les véritables protagonistes eux-mêmes.
Négar et Ashkan cherchent à obtenir des passeports et des visas pour gagner l’Europe où ils aspirent à vivre librement de leur musique. En Iran, on tend à confondre musiciens et adeptes du culte satanique !
Pour obtenir les autorisations nécessaires, ils sont dans l’obligation de monter un groupe d’au moins 5 membres, ce qui est loin d’être évident dans ce Téhéran où musique finit par rimer avec la plus grande clandestinité.
Ghobadi nous embarque alors dans un circuit underground…parcours obligé pour contourner la police, les arrestations musclées et le ministère islamique. La photo très particulière de Turaj Aslani, s’adapte au rythme extrêmement varié de la musique de Mahdyar Aghajani et Ash Koosha pour transcrire l’obscurantisme, la clandestinité et un certain choc des cultures et des générations. On découvre toute une vie parallèle au gré des planques, des studios musicaux installés au milieu des vaches…La quête des deux jeunes gens est aussi l’occasion pour le spectateur de se faire une pleine idée de la musique iranienne oscillant entre persan et anglais, entre hard rock, rap et rock alternatif. Le film intègre en son cœur comme des clips qui offrent chaque fois une autre vision du pays sur fond de superbes chansons à texte. Je me suis régalée avec certains morceaux qui gagnent vraiment à être connus. J’ai également apprécié la mise en abyme initiale qui fonde cette peinture originale de la vie iranienne mêlant humour et tragédie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s