discussion Atelier de Leil: « Partir propre »


Allez, cette fois-ci je me lance, j’ai un peu de temps et la photo est chouette.
Voici ma maigre participation à l’atelier d’écrire de Leil du blog

Brickabook

 

Le principe est simple: écrire un texte à partir d’une photo

atelier 1

PARTIR PROPRE
C’est le bon jour… le jour de la grande lessive. Rien ne va plus depuis que Monique m’a laissé tomber comme une vieille chaussette…Plus aucune énergie dans le tambour. Je me traîne. Perdre dans la même semaine son boulot, sa femme et ses papiers, il y a de quoi vous essorer un homme ! Depuis j’erre à travers la ville avec pour tout bagages mes sacs Casino et mon vieil exemplaire d’Une saison en enfer. Je veux bien tout perdre, mais pas Rimbaud. « Un soir j’ai assis la Beauté sur mes genoux, et je l’ai trouvée amère, et je l’ai injuriée. » Monique aussi elle m’a injuriée. Elle n’a pas du tout apprécié de trouver Sonia, la fille du rayon Cuisine, dans cette position. Elle jetait mes chemises par la fenêtre en me hurlant d’aller trainer mes guêtres ailleurs.
Depuis je dors dans ma voiture, je fais la manche devant le Casino, et je pique les bananes « décoratives » qu’on renouvelle tous les deux jours au rayon Cuisine. Je tourne en rond, avec Rimbaud dans la poche de mon jean. De temps en temps je rêve à Arar, à Aden, à l’EDen… quand j’ai trop froid, je profite de la chaleur du Lavomatic où je soliloque souvent devant les machines. J’aurais pu trouver refuge chez mes parents, mais ma mère m’a toujours dit qu’on ne lave jamais son linge sale en famille. Elle aime bien, ma mère, aller à l’encontre des principes et des lieux communs.
Cela fait un moment déjà que je songe à en finir, que je cherche un moyen. Même pour cela j’étais trop rincé. Il me manquait la goutte, l’ultime petite catastrophe. Mais ce soir, quand j’ai réalisé que j’avais oublié la Saison dans ma foutue poche, j’ai compris que j’avais suffisamment touché le fond. Ma mère sera contente, au moins vais-je partir propre.

16 commentaires

  1. Parfois, quand le sort s’acharne…. Mais il a quand même fait fort cet homme ! J’aime beaucoup la présence de la poésie au milieu de la misère.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s