Le prix à payer de Lotte et Soren Hammer


Le prix à payer

lotte-et-soren-hammer-le-prix-a-payer-actes-noirs-actes-sud-polar-181x300.jpg

Le prix à payer de Lotte et Soren Hammer, Editions Actes Sud, collection Actes Noirs, 2011

Les pays nordiques se taillent décidément une place de choix dans le monde du roman noir et du policier. Le prix à payer est l’un de ces romans haletants venus du froid, écrit à quatre mains par Lotte et Soren Hammer, un frère et une sœur danois.

L’intrigue s’ouvre au Groenland sur la découverte,  en plein Inslandis,   du cadavre de Maryann Nygaard, disparue quelques 25 années plus tôt. Sa dépouille est repérée dans des circonstances particulières. Ironie du sort pour son meutrier, c’est une délégation écologiste venue constater les effets du réchauffement climatique dans ce désert de glace qui l’aperçoit depuis un hélicoptère. L’ambiance glaciale du roman est donnée !

« Ce n’était pas un lieu pour finir sa vie! Ca n’avait pas de sens de se faire assassiner dans un endroit pareil. Il essaya de refouler cette idée, tant elle était absurde. »

« Ca ressemble au mystère de la chambre close, mais c’est aussi tout son contraire… »

Comment cette jeune infirmière de la base américaine de Stronfjord a-t-elle fini agenouillée dans cette fosse creusée dans la glace, à demi-nue, le visage barbouillé d’un rouge à lèvres très vif et enfermé dans un sac plastique ? C’est le mystère que doit élucider le commissaire divisionnaire Konrad Simonsen, entouré d’Arne Pedersen, de Poul Trousen, de Malte, de Pauline Berg, d’Ernesto Madsen et de la Comtesse. Ce crime, qui lui en rappelle un autre, a par ailleurs le goût amer d’une erreur judiciaire. Le voilà donc lancé, avec toute son équipe, sur les traces d’un serial killer, un psychopathe à l’enfance martyrisée.

L’intrigue est intéressante, intelligente et bien menée, même si ce roman au rythme enlevé n’échappe pas à certains poncifs du genre. On tremble juste ce qu’il faut, parcouru parfois d’un frisson de peur, mais on sourit aussi devant certains traits d’humour, et on engage avec conviction nos pas dans ceux des enquêteurs. La narration accorde en effet une place privilégiée à la vie de cette équipe de police attachante, à ses stratégies et à ses interrogations.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s